Retrouvez toutes les actualités
du Crédit Social des Fonctionnaires

DES PRIX DE L'IMMOBILIER TOUJOURS EN HAUSSE, AVANT L’ÉCLATEMENT D'UNE BULLE IMMOBILIÈRE ?

Publié le 18 septembre 2018


Si les prix sont toujours en hausse, on commence à parler d’une baisse des prix en France, voire de l’éclatement d’une bulle immobilière en Europe.

Selon une note de l’INSEE, les prix de l’immobilier ont continué d’augmenter depuis le début de l’année.
La hausse est de 1,5 % au 1er trimestre 2018 par rapport au dernier trimestre 2017. La hausse est plus prononcée sur la province (+1,8 %) que sur l’Ile-de-France (+0,9 %). Les prix des maisons aussi plus augmenté (+1,6 %) que celui des appartements (+1,4 %).
Les ventes semblent ralentir, une première depuis mi-2015, 700 000 ventes entre à l’époque. De mars 2017 à mars 2018, les ventes cumulées étaient de 956 000 contre 960 000 sur l’ensemble de l’année 2017.

Mais cette hausse pourrait être brutalement interrompue par l’ éclatement d’une bulle immobilière européenne. Cette bulle a été favorisée ces dernières années par les taux d’emprunt particulièrement bas pour les particuliers. La BCE semble craindre cette crise, qui se rapprocherait de celle des subprimes de 2008.
Heureusement, les banques européennes on apprise de leurs erreurs et ont renforcé leurs fonds propres pour pouvoir affronter cette situation.

Le site meilleursagents.com a déjà noté une baisse des prix dans 18 des 50 plus grandes villes françaises. Bordeaux en est l’exemple parfait. La ville a vu ses prix augmenter de 17 % en 2017. Et depuis le début d’année, les prix sont légèrement inférieurs à ceux de l’an passé. Meilleursagents prévoit une rupture de l’équilibre actuel entre les vendeurs et les acheteurs, toujours favorable aux vendeurs mais beaucoup moins qu’en 2017. Le site estime que les durées d’emprunt, qui ont bien augmenté ces dernières années, ne pourront aller plus loin. La durée moyenne est de 240 mois, soit la même durée qu’en 2007. Il anticipe une remontée des taux d’intérêts, annoncée par la BCE pour l’été 2019. Le marché devrait s’orienter à la baisse d’ici un an selon meilleursagents.com.