Lettre du Président aux Correspondants du CSF n° 144

Couverture-de-la-lettre-du-président-aux-correspondants-124

Pour recevoir la lettre du Président, rejoignez le réseau des 20.000 correspondants bénévoles du CSF.
Pour adhérer au CSF et profiter de tous les services et avantages sélectionnés pour vous, il suffit d’acquitter un droit d’entrée unique et une cotisation annuelle. Et pour plus d’avantages, optez pour le service C’Plus.

En savoir plus
✔ Devenez correspondant bénévole


Congrès CSF, s’adapter en permanence


CSF-en-quelques-chiffresDu 22 au 24 juin derniers, le CSF tenait son Congrès annuel à Bordeaux.

Ce fut l’occasion de réaffirmer la dimension sociale du CSF par une sensibilisation aux problématiques de mal-endettement. Mais aussi de revenir sur les capacités du CSF à s’adapter en permanence pour rester l’interlocuteur privilégié des agents des services publics.

« Aucune entreprise ne peut se distinguer en faisant l’impasse sur ce qui l’entoure" a expliqué Jean-Marie Alexandre, le Président du CSF, lors de son discours de clôture de l’Assemblée générale de l’association.

Comprendre le monde dans lequel on vit est indispensable pour prendre les bonnes décisions ». Et les changements s’accélèrent dans la fonction publique. « Comment se fait-il, s’interroge Jean-Marie Alexandre, que les grands commis de l’État qui sortent tous des grandes écoles publiques, deviennent les premiers à vouloir affaiblir la Fonction publique ? ».
Les marchés publics, comme le rail, s’ouvrent à la concurrence. Le statut de fonctionnaire se précarise. Le recours aux contractuels est de plus en plus fréquent. Ces évolutions sont majeures. Elles conduisent le CSF à s’adapter.
Lorsque l’on prête de l’argent, comme le fait CRÉSERFI, la société de financement du CSF, la notion de risque est différente si la demande vient d’un agent titulaire ou si elle provient d’un contractuel dont la mission est limitée à 5 ans. « Notre souhait est de sécuriser le parcours du fonctionnaire tant sur le plan professionnelque personnel, défend Jean-Marie Alexandre.
Plus il sera fragilisé, plus nous devrons le sécuriser ».

C’est une des raisons pour lesquelles, le CSF a décidé de proposer un prêt à taux zéro pour pallier celui du gouvernement qui a durci les critères d’admissibilité de son PTZ. Et pourtant, le logement est une des préoccupations majeures des Français. Beaucoup voudraient devenir propriétaires. Les conditions de taux des crédits immobiliers sont avantageuses.

Mais le prix du mètre carré est à la hausse et les aides à l’accession à la baisse. « Les signaux sur l’immobilier lancés par le gouvernement ne sont pas bons, confirme Jean-Marie Alexandre. Au 1er trimestre 2018, le marché était en berne avec une chute de -30% de l’activité par rapport au 1er trimestre 2017. Là encore, nous devons nous adapter, être les moteurs de notre propre développement ».
Et sans oublier, les publics fragiles. Ceux qui ont du mal à boucler les fins de mois. Cette réalité, elle est constatée sur le terrain. Il faut la prendre en compte et accompagner nos adhérents en difficulté. C’est tout l’enjeu de la formation « Dilemme » qu’un certain nombre de salariés du Groupe CSF a reçue et qui a été partagée avec nos bénévoles