CSF magazine n° 111 - 8 IDÉES REÇUES SUR LES FONCTIONNAIRES

CSF Magazine 111

Pour recevoir le CSF MAG, il vous suffit de rejoindre l'association CSF.
Pour adhérer au CSF et profiter de tous les services et avantages sélectionnés pour vous, il suffit d’acquitter un droit d’entrée unique et une cotisation annuelle. Et pour plus d’avantages, optez pour le service C’Plus.

En savoir plus
✔ Souscrire

8 idées reçues sur les fonctionnaires


Illsutration-idées-recues-fonctionnaires-800-px
 

Les fonctionnaires et les agents des services publics ont « mauvaise presse » : le mot est bien choisi, car si les médias relaient volontiers les images défavorables de la fonction publique, les citoyens, eux, gardent une excellente opinion du service public. Le dénigrement est davantage le fait d’une idéologie répandue surtout chez nos élites, qui voudrait dénigrer tout ce qui est public pour exalter le seul modèle de la réussite individuelle, de l’entreprise privée, de l’initiative lucrative. Comme si l’économie n’avait pas besoin de services publics, d’équipements de transports, de santé, de sécurité… Cette vision puérile du monde est démentie par les Français : 74% se disent satisfaits de l’Éducation nationale, 88 % déclarent avoir une bonne opinion des gendarmes et 82 % une bonne opinion des policiers. 90,7 % de la population française a une bonne opinion des infirmiers. Récemment encore, les citoyens ont découvert en lisant leur journal ou en regardant leur télévision la cause de tous leurs maux : le statut de la fonction publique ! Les comptes sont en déséquilibre ? C’est la faute des traitements des fonctionnaires. L’emploi est en souffrance ? Organisons les départs volontaires de la fonction publique ! Il est temps de confronter ces allégations à la réalité. CSF Magazine vous propose d’examiner 8 idées reçues sur les fonctionnaires. Un exercice décapant et salutaire.
France Stratégie, dans son rapport publié le 20 décembre 2017, tout comme l’INSEE, note que la France se situe dans la bonne moyenne, si on la compare avec les autres pays développés en tenant compte du nombre d’habitants : 88 emplois publics pour 1 000 habitants, sur une échelle qui va de 40 pour le Japon à 160 pour la Norvège. Nous nous situons juste entre le Royaume-Uni et le Canada. Mais ces chiffres comparent le nombre d’agents de la fonction publique au nombre d’habitants. Est-ce le seul calcul juste ?

Et si on faisait entrer en ligne de compte la superficie du pays ? Dans les emplois de la fonction publique, il y a les fonctionnaires territoriaux, il y a ceux des hôpitaux de proximité, des administrations décentralisées…. Un territoire vaste requiert beaucoup plus d’agents publics qu’un espace concentré.

  Nombre d’agents de la fonction publique Nombre
d’habitants
Superficie en km² Taux de couverture
Norvège 836 000 5 258 000 323 800 2,5
France 5 451 000 67 187 000 643 801 8
Italie 3 400 000 60 500 000 302 000 11
Allemagne 4 900 000 81 360 000 357 376 13
Japon 5 080 000 127 000 000 377 000 13
Danemark 833 000 5 745 000 43 000 19
Grande-Bretagne 2 750 000 65 640 000 130 279 21

Comme on le voit sur le tableau, si on tient compte de la superficie du pays, la France compte un faible nombre de fonctionnaires, bien plus faible que la plupart de ses voisins. Compte tenu de l’étendue de son territoire, elle est sous-administrée. Ce qu’observe tout usager de l’hôpital, du bureau de poste, du guichet de préfecture… ou tout observateur de la désertification rurale. Dès qu’on fait intervenir le facteur « superficie du pays », le Japon, meilleur élève des classements internationaux, devient mauvais, et la France comme la Norvège ne sont plus des cancres mais de bons éléments ! Avant de faire des reproches à notre pays, n’oublions pas que sa superficie est presque deux fois plus grande que celle de l’Allemagne et représente près de cinq fois celle de la Grande-Bretagne. Si on veut maintenir des services de proximité, lutter contre les déserts ruraux, on ne peut pas se laisser berner par des statistiques partielles.