Retrouvez toutes les actualités
du Crédit Social des Fonctionnaires

QUELLES SONT LES PERSPECTIVES DANS L’IMMOBILIER EN 2019 ?

Publié le 25 janvier 2019


Hausse des taux , hausse des prix, profil des acheteurs, que nous réserve 2019 dans le domaine de l'immobilier ?

Stabilité ou hausse des prix :

On peut parler d’un ralentissement de la hausse des prix. Les premières études parlent d’une hausse en 2018 de 3,7 % et de seulement 2,5 % en 2019. Mais avec des disparités selon les secteurs, les villes. Ainsi Paris et sa région devrait continuer sa course folle, avec l’arrivée de nouveaux propriétaires venant … de Londres, conséquence d’un Brexit aux conditions incertaines. Certains vendeurs baissent les prix de vente afin de ne pas se retrouver avec un logement invendu. Gilets jaunes, Brexit, prélèvement à la source, ce sont autant d’inconnus qui peuvent freiner les volontés des acheteurs.
Dans certaines zones (Saint-Etienne, Le Mans, Amiens ou Mulhouse) la baisse est de 10 à 20 % en cinq ans. Ce qui empêche certains propriétaires de vendre leur logement, bloquant le marché.

Stabilité des taux d’intérêt :

Les spécialistes ne sont pas d’accord. Certains parlent d’une stabilité des taux, les banques ayant toujours les mêmes conditions de financement. D’autres parlent d’une légère remontée à partir du second semestre. Dans quelle mesure ? A quel rythme ? On ne sait pas. On ne sait pas non plus l’impact qu’aura cette remontée sur le marché. Si elle est trop forte, les banques vont fermer l’accès au crédit immobilier pour les dossiers les plus fragiles (risque de santé, assurance trop élevée, problème du taux d’usure).

Moins de primo-accédants.

Alors qu’ils représentent 56,4 % des emprunteurs en 2018, cette part des primo-accédants pourrait tomber à 45 % voire 40 % si les taux d’intérêts remontent fortement. Ce seront les plus pénalisés, les banques leur accordant moins facilement de financement.

Plus de secundo-accédants :

En 2018, ce sont 20 % des acheteurs. Ils connaissent déjà la démarche d’achat d’un bien immobilier (banque, courtier, prêts, assurance de prêt). Ils sont rassurés par les solutions de financement avant vente (prêt relais, achat revente) ; La stabilité des prix les incite à vendre afin d’obtenir le meilleur prix pour leur bien immobilier. Moins de ménage propriétaires : 57,7 % des ménages sont propriétaires de leur résidence principale en 2018, contre 58,9 % en 2015. Et ça ne va pas s’arranger avec seulement 30 % des ménages seulement qui souhaitent acquérir leur logement dans les 5 ans à venir. Au global, 61,6 % des ménages sont propriétaires d’un logement.